Chamanisme, kézako?

Le chamanisme, de plus en plus populaire en occident, fait l’objet de nombreux livres. L’anthropologue Levi Strauss y voyait une forme de psychanalyse.

Je garderai de lui cette idée, de ramener au conscient des états informulés, du subconscient. En voyageant dans l’invisible, on accède à des parts de nous-même qu’il nous était difficile, voire impossible, de percevoir autrement, pour ensuite, agir dessus et ramener l’équilibre.

C’est en tout cas de cette façon que je procède et que j’initie mes consultants au chamanisme. Prendre de la hauteur, changer sa vision pour percevoir notre lien à la trame, à ce qui nous entoure, afin de trouver sa juste place dans ces milliards d’atomes qui emplissent le vide sidéral.

Bien qu’élevée dans une culture chrétienne, je n’ai jamais adhéré à un dogme en particulier et n’ai été initiée par aucune culture en particulier.

Le chamanisme que je pratique est à mon sens, moderne en ce sens qu’il ne se limite pas à une culture ou à certains esprits guides, mais collabore avec les alliés et guides les plus à même d’aider, les plus en phase vibratoirement avec mes énergies et surtout, celles des personnes qui me consultent.

Je peux donc faire appel lors d’un soin, autant à l’énergie de la figure Vierge Marie comme de Kali, selon ce qui se présentera à mon esprit. J’ai été initié par les esprits et par une chamane qui elle aussi, avait compris qu’il n’y avait de limite dans l’invisible, que celles que l’on avait en soi.

Nous sommes un petit groupe de chamanes (à ma connaissance du moins) qui voyageons de cette façon, libérant et combattant à l’occasion, selon la tâche qu’il nous est demandé d’accomplir, le plus souvent, à distance.

Néanmoins, j’ai plaisir à pratiquer en face à face et à guider mes consultant.es à voyager dans l’invisible afin de prendre conscience elles-mêmes de leurs blocages et de pouvoir les aider à s’en libérer, en toute sécurité. Cela me permet d’une part de transmettre des clés pour accéder librement et en toute sécurité aux dimensions explorées ensemble et, d’autre part, de pratiquer avec d’autres instruments, de permettre aux coeurs de se rencontrer à travers le regard, ce qui apporte aussi quelque chose et peut mieux convenir selon les besoins.

Mon tambour médecine est le guide et thérapeute permettant à la vibration de circuler dans toutes les dimensions, d’intégrer l’information et de dissoudre les énergies dissonantes. Je travaille beaucoup sur les liens invisibles, les arbres familiaux, l’énergie sexuelle et les ancêtres, mais quelle que soit la dimension explorée, le tambour est une constante. Le chant est très présent, le souffle aussi. Pour le reste, j’agis selon ma guidance et mes affinités.

D’autres chamanes pratiquent la langue-mémoire pour transmettre des messages importants à l’âme, au corps et aider à libérer ce qui est entravé, d’autres encore, travaillent et se spécialisent dans une pratique spécifique, en lien avec les éléments par exemple, et excellent dans leurs domaines. Chaque chamane, en fonction de son histoire et de sa personnalité, développera ses propres instruments, sa propre magie.

Tout cela est très riche et constitue une palette de couleurs passionnante à explorer, à chacun et chacune de trouver sa couleur!